Thème du jeu


CORINTHE, IVe siècle avant Jésus-Christ. Sous un soleil de plomb, des marchands viennent des 4 coins de la mer Méditerranée pour vendre leurs marchandises : tapis de Perse, huile d’olive de Crête, raisin de Rome ou épices d’Égypte, autant de produits dont le luxe peut assurer la richesse des plus ambitieux...

Vous jouez l’un de ces marchands. Envoyez votre fidèle intendant au marché, livrez vos marchandises aux meilleures boutiques du port, faites construire les bâtiments qui vous aideront à vous développer et devenez le plus célèbre de vos pairs… Dans quelques semaines, on saura lequel d’entre vous restera dans les annales comme le meilleur marchand de Corinthe.

Dans Corinth, à chaque manche, une poignée de dés est lancée et les joueurs, tour à tour, en choisissent un groupe et les utilisent pour livrer des marchandises, acheter des troupeaux de chèvres ou visiter le marché, enregistrant leur progression sur leur fiche. Dans ce jeu, il vous faudra toujours garder un oeil sur vos rivaux, et vous devrez choisir entre faire le meilleur choix pour vous ou les empêcher d’accéder aux leurs...

Cela ressemble à quoi ?


Corinth - 1
Corinth - 2
Corinth - 3
Corinth - 4
Corinth - 5
Corinth - 6
 

L'avis de LudiGaume

De 3 à 5 parties jouées - 21 mars 2019
 
Sympathique
  preview
Avertissement sur ses notations

D'Yspahan à Corinth, il n'y a qu'un pas. Enfin, 4000 km entre les 2 villes mais un seul pas entre mes deux boîtes. Il ne faut pas s'en cacher, Corinth est une déclinaison d'Yspahan. Un jeu que j'adore et certainement l'un des plus joués en Gaume. Mon numéro un de l'auteur Sébastien Pauchon. Donc, il était impossible de passer à côté de ce nouveau jeu.

C'est une petite boîte aux illustrations très BD avec des personnages très sympathiques. Un univers cool avec des chèvres comiques. Elle contient un gros bloc de feuilles et 12 dés façon Corinthienne. Un beau matériel et des feuilles de notes dans un format clair et de belle taille. La règle ne pose aucun soucis et permet de se lancer rapidement sur le marché de Corinthe.

On retrouve le coeur d'Yspahan, le choix des dés. Ce système qui active ou pas certains quartiers du port en fonction des valeurs des dés. Le lancé va décider des possibilités en sachant qu'il y aura toujours de l'argent et des chèvres, adieu les chameaux. C'est une mécanique que j'adore et qui fonctionne à merveille dans Corinth. C'est ici qu'il y a le plus d'interactivité dans le jeu car votre choix va directement influencer vos adversaires. Et il vous sera possible de prendre des dés pour empêcher une bonne affaire qui s'annonce pour un autre joueur. Le petit côté piquant du jeu.

Les dés choisis permettent de vendre des marchandises dans les différents quartiers. C'est classique mais ici il y a une petite course au bonus qu'un seul joueur pourra cocher s'il a vendu en premier toutes les marchandises requises. Ce n'est pas anodin et demande un peu d'attention sur les feuilles des autres joueurs. Parfois, cela influencera votre choix pour ne pas louper ce dernier.

On retrouve comme dans Ysphan, les bâtiments qui apportent des bonus et aussi des points s'ils sont construits en fin de partie. Tout comme l'or qui permet d'acheter des dés jaunes pour augmenter ses chances.

Et puis, il y a le jeu dans le jeu. L'intendant offre des bonus qui vont vous aider à compléter vos séries mais il y a aussi des points à engranger. Bien, joué cela peut rapporter gros. Le truc c'est que l'intendant ne peut pas passer deux fois par la même case. Donc, on pense à faire une spirale pour optimiser ses gains. C'est amusant. On se prend au jeu même si on a plus souvent envie d'optimiser ses quartiers.

C'est un Sympathique pour Corinth qui nous offre 20 minutes plaisantes avec des choix et un petit air d'Yspahan. A chaque partie on passe un bon moment et on recherche les meilleurs coups comme dans tout bon Roll & Write.

Un portage réussit pour un jeu plus accessible qui se révèle un bon compagnon en apéro ou en pause entre deux gros jeux.

 
  • Un air d'Yspahan
  • Une durée parfaite
  • Le choix des dés
  • L'intendant, un jeu dans le jeu
 
Aucun commentaireMasquer