Thème du jeu


Le Havre est le deuxième plus grand port de France (après Marseille). La ville est remarquable non seulement pour sa taille, mais aussi pour son nom inhabituel. Le mot néerlandais "Havre", signifiant "Port", a été emprunté en français au 12ème siècle, mais de nos jours, il est considéré comme archaïque.

Le principe du jeu est simple. Le tour d'un joueur est divisé en deux phases : on commence par placer de nouvelles marchandises sur les différents Quais, puis on choisit une action. On peut choisir soit de prendre possession de toutes les marchandises d'un type oxxupant un Quai, soit d'utiliser l'un des bâtiments disponibles. Les bâtiments permettent aux joueurs d'améliorer les marchandises, de les vendre ou encore de construire leurs propres bâtiments ou bateaux. Les bâtiments sont à la fois une occasion d'investir et une source de revenus, car les joueurs doivent payer des droit s d'entrée pour utiliser des bâtiments qui ne leur appartiennent pas. Les bateaux, quant à eux, servent principalement à fournir les victualles nécessaires pour nourrir les ouvriers.

Tous les sept tours, une manche prend fin : le bétail et le grain des joueurs se multiplient grâce à la Récolte, puis ils doivent nourrir leurs ouvriers. Après un nombre donné de manches, chaque joueur peut accomplir une dernière action, et le jeu prend fin. Les joueurs ajoutent la valeur de leurs bâtiments et de leurs bateaux à leur réserve d'argent ; celui qui a amassé la plus grande fortune remporte la partie.
 

L'avis de LudiGaume

De 6 à 10 parties jouées - 23 juillet 2009
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Je n'ai pas pu mettre autre chose que Indispensable car je ne vois pas ce qui rend moins bon Le Havre par rapport à son confrère Agricola qui a reçu cette note de ma part.

Le Havre est pourtant bien différent et je trouve que c'est déjà son point fort. Je tire, d'ailleurs, un grand coup de chapeau à Mr Rosenberg pour être parvenu à faire deux jeux de ce niveau. Et un troisième est annoncé ... que du bonheur.

Ce qui marque dans le Havre c'est la simplicité des tours, prendre des ressources ou les dépenser pour construire des bâtiments ou des navires pour nourrir ses ouailles. La recherche des ressources est une quête permanente, stressante, passionnante. Le rythme de la partie est bon, pas trop rapide, pas trop lent, même si une partie dure un certain temps. Mais on ne le voit pas passer.

Le Havre est un grand jeu qui déconcerte plus que son prédécesseur Agricola mais qui apporte sa touche personnelle et un plaisir constant.

J'ose d'ailleurs avouer que je préfère Le Havre à Agricola.

 
  • La simplicité (relative) des tours
  • L'impression constante de ne pas arriver à tout faire
  • Le thème bien présent
 
  • Les quelques coquilles sur les cartes et dans la règle
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Grunt

Plus de 10 parties jouées - 13 juin 2009
 
Très Bon
  preview

Le Havre est un jeu assez mystérieux dans sa dynamique et ne sera pas à mettre entre toutes les mains: si vous avez peur des usines à gaz et des jeux où vous convertissez x ressources en y trucs (argent / bâtiment / nourriture...), alors passez simplement votre chemin.

En effet, on retrouve ici agréablement les principes d'Agricola:

- les ressources arrivant constamment qui débordent au fur et à mesure que la partie avance

- des actions qui se dévoilent au fur et à mesure de la partie, de puissance croissante

- une contrainte forte de nourrir à chaque fin de tour, ainsi que des principes de récolte

Mécaniquement pourtant, Le Havre réussit là où Agricola avait "échoué":

- un décompte final beaucoup moins guidé: pas besoin de faire de tout, juste d'être le plus riche par des courbes de développement bien différentes

- pas de 3ème naissance forcé: tandis qu'à Agricola, gagner 50% d'actions supplémentaires par tour est un passage obligé, ici on est limité à 1 action par tour, et la contrainte de ce pion unique nous poussera à libérer des espaces pour mieux y revenir

- une dispersion de l'accumulation de ressources (on fournit les bois 1 à 1, plutôt que d'en mettre 3 d'un coup, à nous de choisir quand les adversaires risquent de craquer)

- pas de blocage en toute fin de partie: on peut planifier sa partie en étant sûr qu'au pire notre dernier choix ne sera pas pris par les autres (puisqu'on est libéré de la contrainte 1 par bâtiment)

- une gestion diverse pour nourrir grâce à un mécanisme d'emprunts particulièrement libre

Au final, nous avons ici un jeu plus technique, plus libre (presque trop), au thème certes bien moins rieur et intégré, mais qui complète presque ce qu'Agricola avait commencé à esquisser.

On attendait Mr Rosenberg après le superbe Agricola, et il ne déçoit pas avec Le Havre. Bravo!

 
  • La grande liberté des options de jeu
  • L'influence assez radicale de certains bâtiments
  • La simplicité d'un tour de jeu par rapport à la richesse du jeu
 
  • Les coquilles de la vf
  • Un look un peu particulier
  • Encore un peu trop de tout
Aucun commentaireMasquer