Thème du jeu


Les joueurs répartissent selon leur choix des points d'action entre leurs différents inuits pour prendre le contrôle de portions de banquise et chasser des animaux. Durant la partie, la galce va gondre, la banquise dériver, formant des îles plus ou moins grandes, et des animaux votn faire leur apparition.
 

L'avis de Zendor

15 septembre 2005
 
Très Bon
  preview

Depuis l'an 2000, on note que la marché de jeu de société devient de plus en plus compétitif, et par conséquent sans pitié pour les jeux bénéficiant de moins de publicité. Il en est ainsi pour Iglu Iglu, peut-être le jeu le moins connu du tandem Cathala/Faidutti. Ironiquement c'est aussi leur plus subtil et leur plus captivant à ce jour (Remarque : Au moment d'écrire ces lignes, un quatrième opus du duo, Mission : Planète Mars, est sur le point de paraître et pourrait modifier cette dernière impression).

Ceux et celles qui ont eu la chance d'essayer Iglu Iglu diront que c'est un Carcassonne inversé, donnant ainsi la fausse impression qu'il se range marginalement dans les jeux de connexion. Iglu Iglu est en fait un jeu de majorité. Mais il s'agit d'un jeu de majorité où les zones à peupler demeurent inconnues au début et différentes à chaque partie! Et c'est là que le jeu tire avantage de ses subtilités. Ce sera effectivement aux joueurs de créer les espaces à se disputer et ça peut parfois donner lieu à des possibilités surprenantes et très variées...

Le jeu porte bien la griffe de ses deux auteurs : un plateau cartésien qui reflète bien l'esprit ordonné de Cathala puis la touche chaotique de Faidutti liée aux événements provoqués chaque tour par la fonte des glaces. Il en résulte un jeu plus tactique que stratégique, où chaque tour peut exiger des réajustements (menaces d'ours polaires, dérives des banquises) et des dilemmes (à savoir si vous chassez/pêchez ou si vous préparez vos majorités en fin de partie) à chacun des joueurs.

Un jeu à découvrir en somme, pour son thème et ses mécanismes d'un genre peu exploité dans le monde ludique ainsi que pour sa relative mais redoutable simplicité.

Aucun commentaireMasquer