Thème du jeu


1888- Londres - Quartier de Whitechapel

La nuit recouvre les sombres ruelles de son manteau ténébreux.

Jack l'éventreur se glisse dans l'ombre... La fine fleur des enquêteurs de l'époque s'est réunie afin de le capturer avant qu'ilne profite de l'obscurité pour définitivement disparaître. Le piège se referme sur lui peu à peu... Mais Jack est malin. Il a usurpé l'identité d'un des enquêteurs... Les autres sauront-ils le démasquer ?
 

Description du jeu

preview
 
But du jeu

En tant que Jack l'Eventreur, vous échapper.
En tant qu'Enquêteur, arrêter Jack avant l'aube.

Mise en place

Les joueurs décident qui est Jack et qui est l'Enquêteur.

Le plateau de jeu est placé au centre de la table. Les pions personnages sont placés, face colorée (Suspect) visible, aux emplacements prévus sur le plateau de jeu (voir la règle). Les becs de gaz sont également placés aux endroits précisés sur la règle. Les 2 paquets de cartes, Personnages et Alibis, sont mélangés séparément et placé sur le côté du plateau de jeu. La carte Témoin/Pas de témoin est posée, face Témoin visible, sur le côté du plateau de jeu. Le marqueur de tour est placé sur la case 1 du compteur de tours sur le bord droit du plateau de jeu.

La mise en place

Le joueur incarnant Jack prend une carte Alibi et la regarde secrètement. C'est sous ce personnage qu'il se dissimule, c'est ce personnage qui devra s'échapper avant l'aube.

Déroulement de la partie

Le jeu se déroule en 8 tours maximum et chacun d'eux se déroule de la manière suivante :

Jouer les personnages
On pioche les 4 premières cartes Personnages de la pile et les places faces visibles sur le côté du plateau, le tour suivant ce sera les 4 autres cartes. Ensuite, on remélange les huit cartes pour le tour qui suivra.

Les 4 personnages piochés sont ceux qui seront joués lors de ce tour.

Selon qu'il s'agisse d'un tour pair ou impair, l'ordre du choix des personnages change. Dans un tour impair, l'Enquêteur joue 1 personnage, puis Jack joue 2 personnages et l'Enquêteur joue le dernier personnage. Dans un tour impair, c'est l'inverse. Le compteur de tour indique parfaitement l'ordre dans lequel Jack et l'Enquêteur doivent jouer les personnages.

Quand un joueur joue un personnage, il doit le déplacer et utiliser son pouvoir spécial s'il est obligatoire, sinon c'est à son libre choix de le faire.

Appel à témoin
Jack doit annoncer s'il y a des témoins ou pas. Il y a témoin si le personnage incarnant Jack est dans la lumière (proche d'un lampadaire) ou à côté d'un autre personnage (donc vu par ce dernier) ou encore dans la portée de la lampe de Watson. Si c'est le cas, Jack doit poser la carte Témoin sur sa face éclairée, sinon sur sa face sombre.

L'Enquêteur, ensuite, retourne les personnages, sur leur face innocent (blanche), dans l'ombre s'il y a un témoin sinon ce sont les personnages dans la lumière qui sont retournés s'il n'y a pas de témoin.

ATTENTION: S'il n'y a pas de témoin à la fin du tour, Jack peut s'échapper lors du tour suivant. C'est la seule condition pour qu'il sorte, ne pas avoir de témoin.

Extinction d'un bec de gaz
On retire le bec de gaz portant le numéro du tour en cours. Il y en a 4 en tout.



Le tour suivant peut débuter, on déplace le marqueur de tour d'une case.

Fin de la partie

La partie se termine de 3 façons différentes :

 Jack quitte le quartier et l'emporte. Uniquement pendant un tour où il n'y a pas de témoin.

 L'Enquêteur arrête Jack et l'emporte. L'Enquêteur a amené un personnage sur la même case que le personnage qu'il pense être Jack. Si l'accusation est juste, il l'emporte sinon Jack l'emporte.

 Jack n'est pas arrêté et l'emporte à l'issue des 8 tours.

Les personnages

Sherlock Holmes
Il se déplace de 1 à 3 cases et après son déplacement, il prend secrètement connaissance de la première carte de la pioche «Alibi», et la pose face cachée devant lui.




John H. Watson
Il se déplace de 1 à 3 cases. Il possède une lanterne représentée sur son pion personnage. Cette lanterne éclaire tous les personnages situés en ligne droite en face de cette lanterne (Watson n'est pas éclairé par la lumière de sa lanterne). Tout joueur déplaçant Watson, d'une façon ou d'une autre, choisit l'orientation finale du personnage, et donc la rangée éclairée par la lanterne.
John Smith
Il se déplace de 1 à 3 cases et il déplace, avant ou après son mouvement, un pion bec de gaz «allumé» sur un autre emplacement bec de gaz éteint.




Inspecteur Lestrade
Il se déplace de 1 à 3 cases et il déplace, avant ou après son mouvement, un barrage de police. Il libère une des sorties pour en bloquer une autre




Miss Stealthy
Elle se déplace de 1 à 4 cases et durant son déplacement elle peut traverser n'importe quelle case (bâtiment, square, bec de gaz) mais elle doit terminer son mouvement dans une case de rue.



Sergent Goodley
Il se déplace de 1 à 3 cases et appelle, avant ou après son mouvement, à l'aide avec son sifflet. Le joueur bénéficie alors de 3 cases de déplacement à répartir selon son choix sur un ou plusieurs personnages pour le(s) rapprocher du sergent Goodley.


Sir William Gull
Il se déplace de 1 à 3 cases ou peut échanger sa place avec un autre personnage





Jeremy Bert
Il se déplace de 1 à 3 cases et, avant ou après son mouvement, il ouvre une plaque d'égoût et en referme une autre (il déplace la tuile sur une autre plaque d'égoût).





 
Descriptif rédigé par LudiGaume

Cela ressemble à quoi ?


Mr. Jack - 1
Mr. Jack - 2
Mr. Jack - 3
Mr. Jack - 4
Mr. Jack - 5
Mr. Jack - 6
Mr. Jack - 7
 

L'avis de LudiGaume

De 3 à 5 parties jouées - 20 novembre 2006
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Voici un jeu très attendu par les joueurs du WebLudique. Beaucoup ont été frustré de ne pouvoir se procurer le jeu "Une Ombre sur Whitechapel" qui est la microédition du jeu que va devenir Mr Jack. Le manque est comblé.

Comblé ?

Il n'y a pas que le manque qui est comblé mais les joueurs qui apprécient les jeux à 2. Mr Jack nous offre un jeu différent, oui, réellement différent.

Ici, on doit utiliser la déduction si on joue le rôle de l'Enquêteur qui n'a qu'un seul but trouver l'identité de Jack. Il faut placer à bon escient les personnages afin de cerner l'infâme tueur.

Il faut faire preuve de roublardise et discrétion pour pouvoir se sortir de ce quartier maudit si on est Jack, l'homme recherché. Ne pas se dévoiler trop vite demande une grande finesse et une grande pratique du jeu. Un gage d'une bonne durée de vie pour le jeu.

Le côté astucieux du jeu vient également de ce système de lampadaire qui fait que Jack est visible ou pas. C'est une idée magnifique et merveilleusement bien mise en pratique.

De plus, les personnages sont bien équilibrés et tous ont leur rôle à joueur que l'on soit l'Enquêteur ou Jack.

Un jeu indispensable pour tous les joueurs de jeux à 2 qui souhaite trouver quelque chose de différent. Il plaira également aux amateurs de jeux de déduction.

Un dernier mot pour féliciter l'éditeur qui a conservé l'illustrateur de la microédition. Un look magnifique pour une édition réussie. Bravo Hurrican, pour un premier jeu c'est un bon choix et une belle édition.

 
  • La déduction pour l'Enquêteur
  • La discrétion pour Jack
  • Rapide
  • Le système de la lumière des lampadaires
  • Très prenant
 
  • Des petites erreurs d'édition mais vite oubliées et qui ne portent pas à conséquence
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Stéphan

De 3 à 5 parties jouées - 19 décembre 2006
 
Top à Stéphan
  preview

Mon adversaire me regarde droit dans les yeux et me fait un petit clin d’œil. Nos regards se croisent, j’esquisse un petit sourire. Ce soir il joue l’enquêteur et je joue Jack. Le chasseur ou sa proie ; l’inspecteur ou le génie du mal, qui de nous deux aura raison de l’autre ?

Je suis Jack, maître criminel et génie de la dissimulation. J’ai perpétré d’horribles crimes et je reste toujours impuni. Ce soir, tout Scotland Yard arpente les vieux quartiers de Londres à ma recherche. Ils ont envoyé leurs six meilleurs enquêteurs à ma trace. Mais je suis malin et j’ai pu prendre l’identité de l’un d’eux. Seront-ils assez malins pour me démasquer ou pourrais-je m’échapper discrètement sans me laisser prendre ?

Mr Jack est un jeu qui rappelle les grands classiques du jeu de déduction : Mastermind, Cluedo, Intrigues à Venise, Scotland Yard ou plus récemment Mystère à l’Abbaye. Celui dont il se rapproche le plus est Scotland Yard dont il emprunte grandes lignes. Comme dans Scotland Yard, Mr Jack oppose un criminel qui cherche à s’échapper et un enquêteur qui va tout faire pour le démasquer. Les armes du premier : ruse, bluff et sagacité. Celles du second : déduction, flair et perspicacité.

L’enquêteur analyse mes choix. Il me jauge, me scrute, analyse mes déplacements, mes écarts, mes doutes et mes certitudes. Il s’enfonce dans mon esprit, me sonde, cherche à se mettre à la place du «criminel» qui sommeille en moi. Je dois me fermer, rester imperméable, semer le doute dans son esprit. Je dois brouiller les pistes si je veux survivre. S’il parvient à comprendre qui je suis, la partie sera terminée pour moi.

Empathie et psychologie, deux atouts qu’il faudra déployer pour profiter pleinement de ce jeu. Car si de déduction il est question, c’est dans la relation humaine qui se crée entre l’inspecteur et Jack que se trouve tout le sel de ce jeu. Une magnifique opposition de conscience où l’on prend autant de plaisir à déjouer l’autre qu’à découvrir ce qu’il prépare. Pour gagner, il faudra avoir un bon raisonnement mais aussi bon sens de la psychologie humaine. Que va-t-il jouer, où, quand, comment, pourquoi ? Autant de questions qu’il faudra continuellement se poser.

Mr Jack oppose autant qu’il rend complice. Adversaire en jeux, complice dans la vie, on ne sort jamais réellement perdant de cette bataille mais on termine toujours une partie avec la drôle d’impression de connaître un peu mieux son prochain. Sans doute la plus grande force de ce jeu.

La partie s’achève, Jack s’est fait pincer … encore une fois. Mauvais calcul, mauvais choix, difficile de se la jouer grand criminel …

Petit défaut de conception qui favorise l’inspecteur au détriment de Jack. Certains crient au déséquilibre, d’autres au jeu pas assez testé, … Apparemment, le jeu est plus difficile quand on est dans la peau de Jack, l’inspecteur étant le plus à même de bénéficier d’un coup de chance lors du tirage des cartes ; le rôle étant aussi plus facile à prendre en main. Mais bon, ne faut-il pas plutôt voir cela comme un challenge supplémentaire ? Après tout, être génie du mal, ça se mérite.

Petit défaut qui ne démérite pas la qualité supérieure de ce jeu à deux. Matériel, thème et mécanisme, tout est propre, net, intelligemment cohérent, et particulièrement lisible pour le plus pur plaisir ludique. Une réédition de qualité qui mérite de prendre place dans toutes les bonnes ludothèques.

Un jeu exceptionnellement bon !

 
  • Deux rôles, deux façons différentes de jouer
  • Thème et jeu en parfaite adéquation
  • Lisibilité du matériel impeccable (pions à double face, icônes, cartes en carton, etc.)
 
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Frédéric

Plus de 10 parties jouées - 24 décembre 2006
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Mr. Jack a été pour moi une très bonne surprise. Un jeu aux règles simples, avec un thème qui est parfaitement crédible par rapport au mécanisme assez original du jeu, qui demande assez bien de réflexion et qui se joue en une durée restreinte permettant d’enchaîner les parties, voilà qui avait de quoi me surprendre favorablement.

J’apprécie d’habitude plus les jeux qui demandent du temps pour appréhender les mécanismes de jeu (par exemple, les jeux comme 1830 ou Caylus), et qui souvent sont des jeux dont les règles sont plus difficiles d’accès dans la mesure où les mécanismes sont plus complexes. Toutefois, je suis aussi intéressé par des jeux aux règles simples qui offrent des mécanismes de jeu assez subtils. Mr. Jack fait partie de cette dernière catégorie : des mécanismes de jeu simples qui nécessitent pourtant pas mal de réflexion durant le jeu.

Mr. Jack est un jeu très subtil dans lequel la moindre erreur se payera cash, ce qui est de nature à générer une certaine tension. Par exemple, si vous êtes Jack et que vous négociez mal un tour, le pion « Jack » peut se retrouver tout seul soit dans l’ombre, soit dans la lumière, il est immédiatement identifié et en principe, sauf circonstances particulières, il aura peu de chance de triompher ; dans un pareil cas, la partie est virtuellement terminée. Le fait que l’on puisse faire une erreur fatale dans le jeu ne me dérange guère dans un jeu comme Mr. Jack qui dure à tout casser une demi-heure : dès que cette erreur fatale est constatée, autant mettre fin à la partie de manière prématurée pour en recommencer tout de suite une autre.

Si des jeux qui durent en principe plusieurs heures devaient se terminer de cette manière après 1 heures ou deux, la situation serait évidemment plus frustrante et ces jeux seraient clairement « buggés ».

Mr. Jack est un jeu asymétrique, ce qui n’est pas très fréquent : les objectifs de victoire sont différents selon que l’on joue l’enquêteur ou Jack. La plupart des jeux asymétriques ont aussi pour particularité que les situations de départ des joueurs sont différentes. Ici, ce n’est pas à proprement parler le cas, car les joueurs n’ont pas de « position de départ » : les joueurs ne démarrent pas d’une zone du plateau et n’ont pas de pions qui leur sont attribués, mais ils vont devoir utiliser différemment les capacités qui leur sont offertes par le plateau et les personnages qu’ils devront choisir dans un ordre déterminé.

Inévitablement, la manière de jouer de l’enquêteur sera différente de celle de Jack au point de rendre le rôle de ce dernier plus difficile à jouer. Comme beaucoup d’autres, j’ai pu remarquer qu’il était beaucoup plus difficile de gagner avec Jack qu’avec l’enquêteur. Le jeu de l’enquêteur est un peu plus stéréotypé au début de la partie : dans les premiers tours, vous devez vous arranger pour que la moitié des jetons se trouve dans l’ombre et que l’autre moitié soit dans la lumière. Pour Jack, c’est à mon avis moins simple, il doit essayer de se retrouver systématiquement dans la situation de la plupart des personnages qui n’ont pas été innocentés, tout en essayant de rester dans l'ombre pour pouvoir s'échapper, mais si l’on perçoit trop que le pion Jack essaye de se fondre dans un groupe de pions, il risque de se dévoiler. Pas simple à jouer Jack…

Certains semblent critiquer ce déséquilibre entre les deux rôles. Pour ma part, cela ne me pose guère de problème. A nouveau, ramer dans une partie de plusieurs heures parce que l’on joue un camp défavorisé est gênant, mais pas dans une partie de courte durée. Au contraire, ce déséquilibre manifeste permet une plus grande « rejouabilité ». Quel serait l’intérêt de changer de rôle s’il n’y avait pas de différence fondamentale entre eux ? En outre, un joueur qui connaît déjà le jeu pourra jouer Jack tandis qu’un novice débutera de manière plus simple et amusante en jouant l’enquêteur. D’habitude, un jeu provoquant d’office un déséquilibre entre les situations des joueurs est un jeu communément considéré comme « buggé », dans Mr. Jack un tel déséquilibre est un atout assez appréciable !

Vous découvrirez aussi que le jeu permet des petits coups tordus qui provoquent une fin de jeu anticipée. Par exemple, si Miss Stealthy est Jack, ce dernier peut facilement remporter la partie dès le deuxième tour. Vous pouvez découvrir ce coup par vous-même ou trouver les explications ici. Certains trouveront qu’il s’agit d’une bizarrerie, moi je trouve qu’il s’agit d’une espèce de petit bonus amusant fourni avec le jeu.

Mr. Jack présente plusieurs caractéristiques de jeu fort appréciables : c’est un jeu simple et subtil d’anticipation et de planification : durant les tours de jeu impairs les joueurs savent quelles seront les quatre cartes personnages qui pourront être choisies lors du tour suivant et l’ordre dans lequel chaque joueur pourra les choisir. Il conviendra aussi de choisir un personnage en fonction de ceux qui pourront être choisis par l’adversaire. Parfois, on choisit un personnage pour en obtenir un avantage immédiat, parfois, pour ne pas le laisser à l’adversaire qui en profiterait plus que vous. De plus, vous devrez choisir vos personnages et calculer leurs déplacements en fonction des personnages dont vous pourrez éventuellement disposer lors du tour suivant. Ces choix doivent être mûrement réfléchis car ils sont à la base du jeu. La réflexion devra porter sur les capacités de l’adversaire à vous identifier en tant que Jack ou à s’enfuir si vous jouez l’enquêteur. De ce point de vue, Mr Jack est un jeu très intéressant dans la mesure où les choix ne sont pas trop compliqués pour des joueurs occasionnels, mais suffisamment complexes pour intéresser des joueurs habituels.

Mr. Jack peut être sujet à analyse paralytique mais dans une mesure qui ne m’apparaît pas trop dérangeante.

Le jeu est, en partie, influencé par le hasard lié au tirage des cartes personnage. Ce hasard n’est toutefois pas rédhibitoire dans la mesure où il a été intégré avec intelligence et que la victoire est essentiellement déterminée par les choix des joueurs. Mr. Jack démontre, contrairement à trop d’autres jeux, que le hasard peut apporter un plus en terme de "rejouabilité" : il permet à chaque partie d’être différente tout en ne sabotant pas les choix tactiques des joueurs. En outre, le hasard n’influence réellement le jeu que durant les tours impairs car lors de ceux-ci, seule la moitié des cartes personnages est tirée au hasard, tandis que l’on connaît les personnages qui seront disponibles lors des tours pairs et l’ordre dans lequel les joueurs pourront les choisir.

Le matériel est pratique et de bonne qualité, les illustrations sont très réussies. Deux petits défauts sont à relever : le bord des cartes suspect permet d’identifier de qui il s’agit et la case becs de gaz située au dessus de la case verte représentant un square avec une statue (au centre du plateau) est de couleur gris clair alors qu’elle devrait être gris foncé. Pas de quoi fouetter un chat.

Le thème est vraiment bien rendu et est très crédible pour un jeu de ce type. Le jeu génère en outre un peu de suspens.

En conclusion, Mr. Jack est un jeu très réussi et très original qui devrait plaire à tous les types de joueurs. Un indispensable du jeu à deux.

 
  • Originalité de la mécanique de jeu
  • Thème très crédible
  • Simplicité des règles
  • Pour tous les types de joueurs
  • Très grande "rejouabilité"
 
  • Petits défauts du matériel de jeu (sans gravité)
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Guillaume

De 6 à 10 parties jouées - 24 mai 2007
 
Très Bon
  preview

Plus ça va, plus j'apprécie Mr Jack.
C'est un bon petit jeu à deux, de durée intermédiaire (plus qu'un Schotten-Totten, moins qu'un Battlelore) qui offre pas mal de plaisir.

A ce jour, je n'ai pas trouvé meilleur jeu de déduction. Il faut dire qu'à mes yeux, la catégorie est un peu sinistrée (entre le Cluedo, Mystère à l'Abbaye et Scotland Yard, j'avoue ne pas forcément toujours trouver mon bonheur). Mr Jack constitue une alternative raffraîchissante et thématique au Mastermind en mélangeant déduction, placement et bluff.

Soyons cependant clair : l'aspect déduction pur ne sera pas une torture pour vos méninges. Le jeu demande simplement à appliquer tour après tour une dichotomie afin de réduire tour après tour la liste des suspects de 8 à 1 nom. En fait, la déduction se fait plus "à l'instinct" sur les choix réalisés par l'adversaire. "Pourquoi avoir voulu jouer ce personnage en premier ?", "Il m'a laissé le choix entre mettre à l'écart untel et untel... A priori aucun des deux n'était critique pour lui : ils doivent être tous deux innocents", etc. Mais, il reste toujours le bluff et un Jack l'éventreur rusé saura prendre des risques pour limiter la casse lors du choix final de l'inspecteur.

Ensuite, il y a l'art du choix des rôles et le placement. Il y a clairement des personnages aux pouvoirs meilleurs que d'autres (Goodley et sa capacité à déplacer d'autres personnages, Holmes et son indice immédiat, Gull et sa capacité à mettre dans l'ombre ou la lumière le personnage de son choix...) mais entre la nécessité de protéger Jack et l'atteinte des objectifs de disculpation, on se retrouve parfois à changer ses priorités. Le tirage aléatoire des rôles (4 parmi 8) permet de renouveler agréablement les choix délicats à réaliser et de varier les menus en termes de combinaisons de pouvoirs.
La partie tactique est une part importante du jeu. Si en tant que Jack vous ne parvenez pas à ralentir les tentatives de réduction du nombre de suspect de l'inspecteur, vous êtes condamné à être démasqué. Le second joueur a la lourde tâche de fermer les choix de l'adversaire : trouver le placement qui rend le déplacement du dernier personnage inutile ou pratiquement inutile. Il faut à ce titre bien regarder le plateau et surveiller les bouches d'égoût grâce auxquelles beaucoup de coups se jouent.

L'asymétrie des deux joueurs est assez atypique pour qu'elle soit remarquée. Non seulement, les deux joueurs ne sont pas dans le même camp mais ils ne jouent pas exactement de la même manière.
Bien sûr le choix des rôles et le mode de déplacement est le même mais le rôle de l'enquêteur est plus accessible que celui de Jack. En effet, outre les 8 tours servant à réduire le champ d'investigation, il lui restera souvent la possibilité de faire un choix final parmi des personnages suspects. A ce moment de la partie, l'observation des réactions de Jack (surtout en début de partie où Jack ne cherche pas forcément à noyer le poisson) pourra l'aider à faire le juste choix. Jack est plus difficile car l'erreur peut-être fatale et il faut maîtriser l'art du bluff pour préparer l'issue sus-mentionnée.

La version on-line du jeu, fraîchement mis en ligne (http://mrjack.biludi.de/) vaut le détour pour s'exercer et revenir en arrière sur les coups joués.

Tout cela est bien sympathique mais où le bât blesse-t-il ?
Pas grand part. La durée de vie qui était l'interrogation de mes premières partie me paraît finalement assez étendue: il y a de quoi faire entre les différents rôles et on entend même aujourd'hui parler d'une extension à venir avec de nouveaux personnages. En outre le jeu offre une agréable courbe d'apprentissage (en commençant enquêteur, en réalisant la part tactique du jeu et les combinaisons de rôles, puis en jouant Jack et en trompant son adversaire) qui fait tout l'intérêt du jeu.

En fait, ce qui m'a le plus gêné, c'est la manière dont le thème a été traité. J'avoue apprécier, à l'occasion, la lecture d'ouvrages traitant de ce grand mystère londonien. Il est toujours amusant de lire les théories (toujours différentes) quant à l'identité de Jack l'Eventreur et de s'apercevoir qu'on ne voit souvent que les arguments qui vont dans son sens. Je m'attendais dans Mr Jack à retrouver plus de référence à Jack l'Eventreur (les victimes, les suspects récurrents, etc.). Au lieu de cela, on trouve Holmes & Watson ainsi que d'autres personnages fantaisistes (si l'on exclut le Dr. Gull). Bien sûr, je comprends que ces crimes abominables n'auraient pas vraiment leur place dans ce jeu grand public et qu'il est plus amusant de se saisir de Sherlock Holmes que de Frédéric Abberline pour procéder à une arrestation mais tout de même, ça me titille un peu. Entre l'atmosphère de London 1888 et celle de l'actuelle Mr. Jack, il y avait peut-être la place pour un juste milieu. Mais j'avoue : je chipotte un peu.

Enfin, La première version du jeu présente quelques coquetteries visuelles qui, sans gêner véritablement, s'avèrent un peu désagréable au regard (même si on s'habitue). Les lampadaires et les bouches d'égoûts ne sont pas droits (ils ne sont pas alignés sur les hexagones de la bonne manière). Dans une moindre mesure (même si l'éditeur et l'auteur ont communiqué sur le sujet), la couleur (et donc l'identité des cartes suspects) est visible sur la tranche si on y regarde de très près.

Au final, Mr. Jack est un jeu accessible qui s'apprivoise pourtant au fil des parties. Dans la catégorie des jeux à deux d'une demi-heure, il s'est d'ores et déjà fait une place de choix.

 
  • Une durée sympathique pour un jeu à deux
  • Un jeu de réflexion sympathique et accessible
  • La part de bluff du jeu
  • L'asymétrie Inspecteur / Jack
  • Un effet d'expérience appréciable
 
  • L'infidélité au thème
  • Les petits bugs graphiques de la première édition
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Grunt

Plus de 10 parties jouées - 3 juin 2007
 
Indispensable
  preview

Mr Jack use d'une foule d'ingrédients réussie...

Les 8 pouvoirs utilisés mêle simplicité (le descriptif de chaque pouvoir ne prend pas plus d'une phrase dans la règle (ce qui je l'avoue m'a surpris), présente un intérêt à la fois pour l'enquêteur et Jack (ce qui n'était pas évident pour un jeu si assymétrique) et en les combinant multiplie les possibilités. La subtilité vient aussi dans leur distribution: on en dévoile 4 un tour, et les 4 restants le tour suivant. Il faut donc anticiper cette arrivée et combiner efficacement le pool présenté sur les 2 tours. On aurait pu avoir un jeu chaotique: on a ici suffisament de contrôle pour contrer les coups du sort ou limiter la casse, et suffisament d'imprévu pour rendre le jeu palpitant.

Le principe d'ombre et lumière est très bien trouvé: à la fois des points fixes (lampadaires) ou des points variables (personnages voisins), il détermine l'innocence de certains mais aussi la possibilité pour Jack de s'enfuir. Et comme il y a une évolution au cours de la partie où certains lampadaires disparaissent, l'obscurité devient plus grande et Jack peut plus facilement se cacher pour s'enfuir. La pression monte alors d'un cran pour l'enquêteur d'autant que le glas du dernier tour peut aussi sonner.

Il faut noter que les jeux assymétriques ne sont pas légion (notamment parce qu'il est difficile de faire 2 camps équilibrés). Et c'est là que réside la principale qualité de Mr Jack. Mais aussi son principal défaut: autant si les 2 joueurs ont la même expérience et analyse de la situation, les camps sont sensiblement équilibrés, autant la tâche est dure pour Jack pour les premières parties. Il n'a pas beaucoup de droit à l'erreur alors que l'enquêteur si. Du coup certaines premières parties peuvent tomber à plat, mais elles sont suffisamment courtes pour en faire d'autres plus bataillées.

Le design et le graphisme n'ont pas été négligé, notamment pour l'iconographie ou la bonne idée de retourner les pions pour visualiser en 1 coup d'oeil qui est innocent ou coupable.

Enfin, il est d'autant plus agréable que tout le soin autour du jeu ait été apporté: site web; version en ligne; auteurs, illustrateur et éditeur très présent sur les salons; extension prévu pour Octobre 2007... Bref un jeu qui vit et qui ne peut que donner envie.

 
  • Qualité du matériel et esthétisme des graphismes
  • Jeu asymétrique
  • Bon équilibre des pouvoirs entre simplicité et possibilités
  • Multiplicité des objectifs pour Jack (survivre ou s'enfuir) qui apporte la tension suffisante tout au long de la partie
  • Le système d'ombre et de lumière
 
  • Parties inégales et parfois trop courtes
  • L'enquêteur peut commettre des erreurs, Jack moins
Aucun commentaireMasquer