Thème du jeu


Inspecteur, innocents, coupable ou greffier , endossez le temps d'une enquête le rôle d'un de ces personnages.
L'inspecteur interroge les suspects et dévoile la vérité, le coupable et les innocents mystifient l'inspecteur avec des alibis alambiqués et le greffier contrôle le bon déroulement de l'enquête.
Un rôle, un but, beaucoup d'improvisation et de bagout pour parvenir à ses fins ...
 

Premières Impressions de LudiGaume

2- De 1 à 2 parties jouées - 24 juin 2007
 
Top à LudiGaume
  preview
Avertissement sur ses notations

Très réticent au départ et contre d'office suite à son association avec les Loups-Garous dont je ne suis absolument pas fan (je fuis). Petits Meurtres et faits divers n'est pas pour moi.

Mais Stephan m'a expliqué le principe et celui-ci m'a bien plu et en plus, cerise sur le gâteau, il me donne l'occasion de tester le jeu.

Coup de foudre !

Quelle simplicité des règles !
Quel humour dans toutes ces petites histoires !
Quelle ambiance !
On en refait une ?

Peu importe votre rôle dans le jeu, vous vous prenez au jeu.

Tout d'abord l'inspecteur est en quelque sorte le maître de l'histoire, il plante le décor. Si il n'a pas assez d'imagination, la présentation des différents personnages l'aide bien à trouver la trame de l'histoire. L'inspecteur est un métier difficile car il faut découvrir le faux du vrai. Tous ces mots qui se répètent, lesquels trahissent le coupable ?

Les inculpés, les soupçonnés quand a eu doivent tout simplement placer 3 mots dans leur récit et leur réponse à l'inspecteur. Ce n'est pas si simple car le temps est court, l'inspecteur vous harcèle, vos co-inculpés interviennent, commentent. Pff quelle pression !

Le coupable dans tous cela doit lui bien écouter les autres afin de trouver les mots communs et les placer dans son récit afin de dérouter le plus possible l'inspecteur et se métamorphoser à ses yeux pour un innocent.

Enfin, le greffier est le rôle passif dans le jeu car il contrôle que tous ont bien placé leurs mots dans leur histoire mais l'ambiance est telle qu'il n'aura pas l'occasion de s'ennuyer.

Petits meurtres et faits divers est un jeu d'improvisation et d'attention. Il vous demande de vous investir un peu dans l'histoire, vous laisser emporter par elle mais vous vous rendrez rapidement compte que c'est facile. Etre le premier interrogé est peu être le plus difficile dans la partie car celui va, volontairement ou involontairement, guider les autres joueurs dans une histoire. Sa réaction et son histoire vont fixer la trame de l'enquête. Les autres joueurs vont réagir à ses dire.

Je n'ai pas pris la peine de comprendre le système de score du jeu que je crois inutile car seul l'issue de l'histoire compte, coupable découvert ou pas. Après que l'un gagne ou pas c'est peu important tellement l'ambiance l'emporte sur tout le reste.

Je ne m'en cache pas, le jeu m'a emballé et je l'ai commandé le lendemain matin. Ne ratez pas l'occasion de l'essayer !

De plus, 250 histoires me paraît suffisant pour renouveler le jeu car une même histoire sera différente même si la base est la même, elle dépendra des joueurs et de leur imagination à ce moment.

Ceci est une première impression que je compte asseoir dès que j'aurai mon exemplaire. Je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d'avis d'ici là.

LudiGaume qui est plus qu'emballé par le jeu.

 
  • Une ambiance folle
  • Le concept
  • L'impovisation
 
  • Le système de score que je vois pas nécessaire
2 commentairesMasquer
 

Premières Impressions de Stéphan

De 1 à 2 parties jouées - 19 juin 2007
 
Indispensable
  preview

Il y a quelques temps, j’avais été fort impressionné par le concept de ce jeu lors d’une soirée de démonstration. J’avais vraiment hâte de l’essayer en « live » d’autant que je suis en général assez friand de jeux un peu déjantés et un peu décalés qui essayent de nouvelles pistes pour nous amuser. En plus, savoir qu’il s’agissait d’un jeu d’improvisation évoquait en moi de bons souvenirs d’anciennes parties de jeux de rôles.

Mon vœu a été exaucé, nous avons pu l’essayer ce week-end. Une première partie à quatre joueurs avec un ami intéressé par le principe et nos compagnes respectives, assez réticentes vis-à-vis de l’aspect assez extraverti du jeu. A la lecture des règles et des quelques avis publiés sur le net, et compte tenu de mon public de joueurs pour cette soirée, j’avais un peu peur de faire un flop et de ne pas voir grimper l’ambiance. Il n’est pas donné à tout le monde de se lâcher un peu autour de la table et de se lancer dans des improvisations aux pieds levés. Et, après une première manche où nous avons un peu tâtonné, tout le monde a fini par se prendre réellement au jeu et oublier tout forme d’inhibition. Ce qui nous a permis de goûter à un jeu tout simplement extraordinaire.

C’est du délire purement et simplement ! Les histoires sont totalement extravagantes, les mots à prononcer hautement surréalistes (du genre de ceux que l’on ne prononce qu’une fois par an) et les suspects tout autant. Les histoires dérapent, les mots s’entrechoquent, les alibis se construisent sur les histoires à deux balle des autres; on se perd dans un labyrinthe de mots et situations improbables ; l’inspecteur est noyé sous un flot d’informations contradictoires et d’histoires sans queue ni tête pour le plus grand plaisir de tous. C’est exaltant, passionnant et on rigole sans cesse de ce défi qui consiste à noyer le poisson sans se faire repérer.

Evidemment, placer tous ces mots dans un interrogatoire de moins d’une minute est loin d’être évident. Un challenge qui peut paraître intéressant à certains mais qui n’amusera pas ceux qui ont un peu plus de mal à improviser ou à baratiner. Pour remédier à ce problème, nous l’avons toujours joué assez cool, mettant l’accent sur le plaisir de jouer et de raconter des histoires plutôt que sur le côté compétitif assez artificiel du jeu. Laisser un peu plus de temps pour terminer les histoires, ne pas trop s’attarder sur la répartition des points et sur les erreurs commises pour se concentrer sur le plaisir premier du jeu : laisser courir son imagination.

Je suis vraiment emballé par la qualité de ce petit jeu d’ambiance et de son matériel très agréable à manipuler. Je le ressortirai avec beaucoup de plaisir, bien plus par exemple que son grand frère « les loups garous de Thiercelieux » qui navigue pourtant dans le même registre. Ce jeu rejoint pour mon plus grand plaisir mes préférences en terme de jeux d’ambiance comme Time’s up ou Kezako.

Si vous aimez les jeux où l’on tchatche, invente et baratine sans vergogne, foncez, vous en aurez pour votre plus grand plaisir !

 
  • Ambiance délirante !
  • Se joue à 7
 
  • Un décompte de points totalement anecdotique
  • 241 histoires, quand on aime j’ai peur que ce soit un peu court
Aucun commentaireMasquer