L'avis de Stéphan

De 6 à 10 parties jouées - 28 novembre 2006
 
Indispensable
  preview

L’après-Essen est une période faste en découvertes et en nouveautés. Taluva est un excellent petit jeu de pose et de blocage issu de l’excellent cru 2006 – en tout cas, un de ceux qui ressortira du lot.

J’ai toujours eu un petit faible pour les jeux où le plateau se construit au fil de la partie ; ces jeux qui donnent naissance à des paysages sans cesse différents d’une partie à l’autre, le plus symptomatique d’entre eux étant est sans doute Carcassonne et sa merveilleuse faculté à nous surprendre d’une partie à l’autre. Pour le plaisir des yeux mais aussi de l’esprit, rien de tel que de voir un monde surgir de rien, prendre forme, évoluer puis se transformer en un magnifique ouvrage où chaque joueur apporte sa touche personnelle. Jouer c’est un peu se prendre pour un dieu, non ?

Taluva, c’est beaucoup de cette idée là. A partir de rien et par la simple juxtaposition et superposition de tuiles, on donne naissance à une magnifique île paradisiaque avec ses sommets volcaniques, ses vallées encaissées et ses reliefs escarpés. Et pas une simple vue de l’esprit, un véritable décor en trois dimensions qui prend forme tout au long de la partie. Tout cela grâce à un matériel de grande qualité pensé et conçu avec beaucoup de soin, irréprochable tant au niveau esthétique que ludique. Ce jeu accroche les sens : il se voit, il se touche, il se ressent, il se fait captivant pour le plus grand plaisir des joueurs autour de la table. Un bien beau jeu !

Mais que dire du plaisir ludique ?

Taluva peut se jouer à plusieurs niveaux. Avec des règles simples et un concept clair, il proposera une approche familiale où l’on prend plaisir à construire ses cités et à faire prendre vie à l’île volcanique. Tactique et stratégique, les joueurs aguerris pousseront son astucieux système de pose et de construction dans ces derniers retranchements. On jouera alors des méninges - et pas qu’un peu – pour emporter la victoire. A 3 ou 4 joueurs, on fera la part belle aux blocages mais aussi aux concessions ; car bloquer un adversaire se fait souvent à la faveur d’un autre joueur. A deux joueurs, il procurera plutôt une sensation de bon jeu abstrait avec son lot de tension, de réflexion et ses nombreuses possibilités de jeu.

A noter l’excellente règle de conditions de victoire qui pousse les joueurs à devoir choisir entre un développement rapide – au risque de perdre la partie par manque de bâtiments – et un développement plus posé - donc plus sûr mais aussi moins efficace, au risque alors voir la victoire raflée par un joueur plus rapide. Une bonne façon de mettre une pression supplémentaire sur les épaules des joueurs …

Taluva est pour moi un archétype du bon petit jeu de l’école allemande : rapide (45 minutes) mais prenant, simple mais dense, beau mais thématiquement léger. C’est à coup sûr un excellent choix pour des joueurs qui recherchent des jeux riches mais ne veulent pas s’investir dans des jeux plus imposants du même style (Java, El Grande, Tikal, etc.)

A découvrir assuremment !

 
  • Le principe du décor 3D qui se construit
  • Un jeu qui reste aussi bon à 2, 3 ou 4 joueurs
 
  • Très carré, il est moins familial qu’il n’y paraît

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension