Thème du jeu


Menez votre civilisation à travers les grandes périodes de l'histoire !

De la Préhistoire à l’Ère Numérique, guidez votre civilisation jusqu’à son apogée !
Accumulez inventions et idées révolutionnaires pour vous développer et éclipser les autres joueurs.

Tactique, opportunisme et audace seront les clefs de votre victoire !

(c) Iello
 

L'avis de LudiGaume

2- De 6 à 10 parties jouées - 29 décembre 2011
 
Top à LudiGaume
  preview
Avertissement sur ses notations

Innovation est une pure merveille tellement chaque partie est prenante, différente et passionnante.

Nous sommes en présence d'un jeu tactique, opportuniste car il sera difficile de faire des plans à long terme tellement la situation peut changer rapidement. L'interactivité est à son comble car les effets des dogmes (beark, des cartes) agissent directement sur vos cartes mais bien souvent aussi sur celles de vos adversaires. Quel plaisir quand on peut lancer un "J'exige" et ainsi démonter le jeu adverse.

Attention, entrer la première fois dans le jeu n'est pas aisé, la règle est sans faute mais se révèle ardue lors de la première lecture. Des exemples supplémentaires auraient parfois été appréciés. Les termes Dogmes et Domaines se mélangent et rendent cette lecture ardue. Mais le jeu en vaut l'effort.

L'idée géniale du jeu est le système de décalage qui permet d'accroître sa production de ressources. Quand c'est un décalage vers le haut, les cartes sont au maximum de leur production. C'est une phase que l'on recherche dans le jeu car cela permet plus d'interaction encore avec ses adversaires puisque l'on risque d'être plus fort qu'eux sur certaines ressources.

Enfin, je lui préfère les parties à deux car cela permet de mieux contrôler le jeu adverse. A 3 ou 4 joueurs, le nombre de cartes s'accroît et le calcul de qui va profiter ou subir un dogme s'allonge. Cela ne rend pas le jeu moins bon mais cela le rend plus long.

Innovation est une merveille une fois les règles et la mécanique maîtrisée. On se passionne pour ses cartes et leurs effets. Chaque partie est un nouveau défi.

A posséder de toutes urgences et encore plus si vous comptez y jouer le plus souvent à deux.

 
  • Les possibilités incroyables des cartes
  • Le décalage, une idée géniale
  • Une belle édition
  • L'évolution visible suivant les périodes
  • Meilleur à deux
 
  • La règle bien écrite mais difficile à comprendre la première fois
2 commentairesMasquer
 

Premières Impressions de Jérôme

De 1 à 2 parties jouées - 26 février 2012
 
Top à Jérôme
  preview

Je vous recommande de relire quelques fois l'aide de jeu lors de votre première partie pour maîtriser toutes les subtilités. Une fois à l'aise avec les quelques termes, ça roule! Parties très agréables, fluide même à quatre joueurs, toujours quelque chose à faire.

 
  • Fluide
  • Rebondissements
  • Interactif
 
  • Un petit peu de temps pour maîtriser la règle.
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Grunt

Plus de 10 parties jouées - 19 janvier 2012
 
Très Bon
  preview

Nous sommes en effet en face d'un jeu innovant, voire déroutant, tant on s'éloigne des standards de contrôle de ce style de jeu de cartes dit de développement.

L'auteur est coutumier du fait avec La Gloire de Rome, et récidive ici avec des cartes (les technologies de nos civilisations) aux effets les plus violents les uns que les autres. Et pourtant une certaine dynamique de jeu, et un relatif cadre, se créé au milieu de ce chaos: il va falloir bien préparer le terrain pour surprendre et installer un schéma de développement sur quelques tours, mais aussi contrer les schémas que le ou les adversaires dessinent. Bref interagir perpétuellement avec l'autre.

Cet apprentissage du jeu a pour défaut intrinsèque de devoir se familiariser aux effets, et donc de devoir se prendre un certain nombre de parties avant de comprendre comment retourner des situations, notamment quand déclencher les pouvoirs coopératifs pour se faire des marche-pieds vers les niveaux technologiques supérieurs...

L'édition française est bien illustrée (ce qui manquait un peu à l'austère version anglaise, en plus de devoir se fader des textes nombreux dans la langue de Shakespeare), et le boitage est toujours aussi attrayant.

Bref un jeu atypique (et qui aura son lot de détracteurs) mais qui vaut le coup d'être essayé/pratiqué. Bravo pour cette édition française!

 
  • Le chaos généré par les pouvoirs, qui finit par se contrôler
  • Les illustrations (à part la composition de la couv')
 
  • Plus un jeu à 2 ou 3 joueurs max
  • Aspect déroutant des premières parties
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Deepdelver

Plus de 10 parties jouées - 26 avril 2012
 
Top à Deepdelver
  preview

Si je n'ai pas du tout accroché à l'autre jeu de cartes du même auteur (La Gloire de Rome), celui-ci m'a tout de suite conquis, malgé son impression de jeu chaotique aux effets "Gros Bill".

En effet, les actions sont très simples (piocher, poser ou activer une carte, dominier une période), le plateau de jeu résume bien les différents effets possibles (sauf la comptabilisation), et le jeu est assez thématique (au moins dans les ressources associées à chaque carte).

Comme tout jeu de cartes où celles-ci ont plusieurs effets (RFTG, la Gloire de Rome...), il faut quelques parties pour découvrir les dogmes et les différents termes du jeu. Mais le temps d'installation étant très court, on peut assez facilement enchaîner les parties (compter au moins 45 minutes tout de même). Après, les parties peuvent être très fortes ludiquement avec de sacrées retournements de situation (décalages, transferts de cartes...).

Je déconseille fortement d'y jouer à 4 joueurs, on perd beaucoup de contrôle (majorité sur les ressources, les pioches s'épuisent très vite). Le mieux ? Y jouer à 2 pour découvrir les cartes, et ensuite à 3 joueurs de même niveau.

Une petite boîte qui me suit partout !

 
  • Simplicité de la règles (seulement 4 actions possibles)
  • Des parties variées
  • Rapide à mettre en place
  • On peut jouer sur le court et le long terme
 
  • Soumis à la pioche, et certaines parties sont peu captivantes
  • Très fortement déconseillé à 4 joueurs
  • Difficille de bien lire les niveaux de production de chacun
  • Le terme "comptabiliser" n'est pas expliqué sur le plateau individuel !
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Damien

De 6 à 10 parties jouées - 6 juin 2012
 
Très Bon
  preview

Rarement, un jeu m'aura laissé à ce point dubitatif et partagé. Les parties se succèdent, toutes différentes, certaines plus enthousiasmantes que d'autres, sans qu'il soit possible de vraiment définir ce qui se joue-là. Je lui reconnais d'évidentes qualités, bien évidemment, je ne suis pas aveugle. Et parmi elles, justement, l'innovation n'est pas des moindres. Il nous laisse en effet avec la sensation de ne s'être jamais confronté à une chose pareille, aussi étrange, inhabituelle. Il n'est vraiment pas facile à percer à jour. Voire, il a tendance à brouiller les repères existant, en particulier ceux qui séparent goût et dégoût, tant il va sur un terrain inhabituel. Mais au final, malgré le plaisir que j'ai pu retirer de ces nombreuses parties à deux, il n'a pas encore rejoint mon "top". Il est resté bloqué dans les étages inférieurs. Pour l'instant en tout cas.

Il faut en tout cas saluer bien bas le travail d'édition réalisé par Iello, qui s'avère particulièrement soigné et efficace. Le format de boite, inhabituel, est intéressant et pratique. Les cartes et les aides de jeu qui constituent l'ensemble du matériel sont très bien réalisées, vraiment solides et fiables. La refonte presque totale des cartes, tout en préservant l'ergonomie initiale, a rendu l'ensemble vraiment séduisant. Je ne suis pas forcément conquis par le style graphique, mais lui reconnais au moins une certaine efficacité. Les icônes, comme les couleurs, se distinguent clairement. Après Le Roi des Nains, c'est une autre franche réussite. Le seul bémol est inhérent au type de jeu: comme il y a beaucoup de textes, on passe beaucoup de temps, au début au moins, à lire les cartes de son adversaire et les siennes. Parfois on oublie de le faire, ou l'on a pas envie, et malheureusement cela a un impact sur le résultat. Mais je ne vois pas comment ils auraient pu faire autrement, tant les effets sont détaillés.

Malgré des règles extrêmement simples et épurées, la pratique n'est pas évidente au départ, car les concepts mis en oeuvre (archivage, décalage, mise en jeu, recyclage) sont assez particuliers. Une légère déconvenue, d'ailleurs, provient du fait qu'il s'agit, malgré la thématique appuyée, d'un jeu complètement abstrait. Bien sûr, cette appréciation est subjective, et certains s'étrangleront en lisant ces lignes, puisqu'ils y verront au contraire un jeu très thématique. Mais quand même: le plaisir qu'on peut en retirer est plus à rechercher, à mon sens, dans l'esthétique mécanique, l'innovation ludique, que dans l'histoire qui se déroule sous nos yeux. C'est ce qui reste après coup, plus que la découverte du monothéisme, les premiers temps de la Renaissance ou la conquête spatiale. Le fait que l'habillage des cartes mette en scène avec grand soin des époques (des premiers âges à l'ère numérique) et des inventions majeures qui ont jalonné l'histoire (la roue, les mathématiques, les cellules souches, etc.) ne fait qu'accentuer le déception. Il est possible, sans doute, que les effets des cartes, présentés sous forme d’aplats de texte venant compléter les images, soient connectés avec la nature de l'objet présenté, mais on ne le sent pas vraiment. Comme chez Stefan Feld, la construction mécanique est brillante et esthétiquement fascinante; mais, de ce fait, elle affleure et occupe le devant de la scène. Un peu trop à mon goût, en tout cas. Ce n'est pas ce qui m'excite, même si je peux comprendre qu'on se passionne pour les combinatoires.

Ce qui est fascinant, et ce que beaucoup ont d'ailleurs déjà souligné, c'est l'impression très mouvante qui s'en dégage. On a parlé, sans doute de manière impropre, de chaos. On s'en approche, mais en même temps, s'il existe bel et bien, il est très maîtrisé. Comme dans Gosu, auquel il me fait irrémédiablement penser, les choses sont très changeantes: d'une part parce que, au sein des cinq couleurs disponibles, on va construire par empilement successifs, remplaçant les cartes usagées par d'autres plus productives; d'autre part parce que l'interactivité est complètement débridée du fait d'effets dévastateurs: vol, destruction, dégradation sont au programme. Enfin, l'évolution dans les âges produit des effets et des combinaisons de plus en plus puissants, occasionnant des retournements de situations très important. Il est d'ailleurs vraiment fascinant de voir comment, dans une durée de partie finalement assez courte, toute une dramaturgie peut prendre corps. On ne maîtrise pas grand chose et, ce qui d'ordinaire est source de déplaisir, devient ici assez amusant. Se confronter à l'autre, tout en tentant de surfer sur les vagues déclenchées par le jeu, est une sensation très agréable. Je m’aperçois que c'est un type de pratique que j'aime beaucoup. Déjà, Le Disque Monde de Wallace, qui mettait en oeuvre des vagues de ce type, m'avait amusé. Ici, la tendance est beaucoup plus appuyée et pensée. Et donc franchement plus intéressante. Les décisions à prendre, entre autre quand il faut virer de bord, sacrifier de l'influence, lancer un dogme, donnent quelques choix intéressant. On prend, par ailleurs, un grand plaisir à saccager les ouvrages de l'autre (pillage d'influence, vol de cartes, contraintes diverses). On tremble de ne pouvoir égaler le nombre de symboles de l'adversaire et de devoir subir un dogme de domination plusieurs tours durant. La nécessité de monter en puissance, de manière coordonnée, en influence et en niveau de cartes, pour dominer une période produit une dynamique très intéressante. On bloque parfois. Une grande incertitude demeure sur les six dominations à acquérir. En raison de cet univers très changeant et complexe, je n'envisage même pas d'y jouer à plus de deux, pressentant qu'il aurait plus à perdre qu'à gagner en ajoutant des couches de complexité supplémentaires.

Sur le strict plan de la construction mécanique, considéré, donc, un peu froidement, Innovation est une perle. Les principes de décalage, de dogme, de domination, d'influence, de coopération, et, globalement, tout ce qu'il parvient à mettre en oeuvre avec un matériel restreint est assez génial. C'est un auteur vraiment singulier, qui ne ressemble à aucun autre. Pourtant, il me manque quelque chose. On sent, en effet, que pour apprécier pleinement ce jeu il faut aller le plus loin possible dans la connaissance des cartes et dans l'apprentissage de leurs interactions, dans le décryptage du système. Et que celui qui aura l'esprit le plus mathématique sera à même de parvenir à ses fins. Le jeu, en ce sens, est faussement chaotique. Les rythmes qui se déploient, les combinaisons, les retournements ont quelque chose de très beau, mais d'un peu désincarné. On touche vraiment à l’exercice intellectuel. Je le vois bien dans les arguments des gens qui cherchent à m'en convaincre: explorer des possibilités, surfer sur la mécanique, etc. Pour résumer, j'aime. Mais je n'aime pas. Et, contrairement à beaucoup, cela n'est aucunement lié à l'impression "chaotique" qui s'en dégage, qui, à mon sens, est un des éléments les plus réussis de l'ouvrage. Ce n'est pas lié non plus à la qualité du jeu, qui est remarquable, et qui en fait probablement une des sorties récents à découvrir absolument. Non, c'est plus lié au fait qu'il ne me "raconte" rien. Ou pas grand chose. Mais, soyons optimiste: puisqu'on me dit bon public, peut-être que le temps changera les choses. D'ailleurs, lui aussi est un jeu à extensions -- et rien que d'y penser, ça me fait un peu peur. Nous verrons bien comment les choses vont évoluer. En attendant, je vais continuer à y jouer.

 
  • Très novateur
  • Plaisant dans la pratique
  • Riche, très riche
  • La réalisation de Iello
 
  • Un peu abstrait et mécanique
  • La vision pas simple du jeu adverse
Aucun commentaireMasquer

2 commentaires

  1. François Haffner 20:07 29.12.2011

    Tout à fait d'accord avec l'analyse de François. Mais je trouve le jeu aussi plaisant à trois ou quatre : il y a certes moins de contrôle mais on peut toujours embêter quelqu'un. Et quand on peut lancer une suprématie générale, attention les yeux !

  2. damien 15:32 10.01.2012

    Je suis curieux. Je vais essayer de me le procurer.

Laisser un commentaire:


Pour animer votre commentaire:
:D    :)    :lol:    ;)    ?:    :(    >:(
Nous n'acceptons plus de lien dans le texte de vos commentaires afin d'éviter les spams.
Merci de votre compréhension