Thème du jeu


En l’an 110, sous le règne l’Empereur Trajan, Rome est à l’apogée de sa gloire et les patriciens se focalisent sur le pouvoir et la richesse. Les joueurs glanent leurs points en fonction d’opportunités offertes dans 6 domaines. Il faut savoir y manoeuvrer, mais le Port et son commerce peuvent rapporter beaucoup. S’investir habilement au Sénat apportera des avantages en fin de partie, tandis que le Forum offre des privilèges qui évitent de perdre des points. L’engagement Militaire nécessite des soldats: ressources et lauriers y récompenseront les conquérants de nouveaux territoires. Construire demande également de la main d’oeuvre, mais peut rapporter gros en termes d’opportunités. Enfin, l’optimisation de chaque Arc de Triomphe permet de récupérer des atouts supplémentaires lors de la sélection de vos actions. La clé de votre succès est dans la gestion intelligente des ressources, dont la circulation s’effectue de façon originale, à la manière d’un «awalé». En adaptant vos stratégies, saisissez les opportunités et augmentez votre puissance : l’habilité est la clé de la victoire.
 

L'avis de LudiGaume

Plus de 10 parties jouées - 15 avril 2013
 
Indispensable
  preview
Avertissement sur ses notations

Trajan est un jeu de Stefan Feld auquel j'ai joué plusieurs fois sans pour autant poster mon avis. La sortie de Bora Bora m'a donné envie d'y rejouer et bien m'en à pris.

Trajan est un jeu fabuleux par son système d'awalé pour sélectionner ses actions. C'est incroyablement prenant, intelligent, passionnant au final. On calcule comment obtenir la bonne action ou comment réaliser la tuile Trajan, c'est un calcul très intense parfois calculatoire.

Ensuite, le jeu nous offre un thème romain qui est présent par ses termes et son plateau mais sur le fond, les différentes pistes ou possibilités pour marquer des points ne sont pas très immersifs. Mais ce n'est rien le jeu nous absorbe tellement que l'on oublie un peu ce petit défaut.

Le jeu est un Feld et comme souvent dans ses jeux, il y a plusieurs possibilités pour marquer des points (le dernier en date étant Bora Bora). Cela offre de nombreuses possibilités et aussi met en place une interactivité relative. On se bat pour obtenir les meilleurs tuiles ou les tuiles permettant de remplir les souhaits du peuple. C'est ici qu'il y a le plus de hasard car le tirage peut vous coûter des points précieux si vos choix n'ont pas été les bons.

Enfin, un détail que j'aime beaucoup dans un jeu c'est la possibilité d'influencer le rythme de la partie. Le nombre de cubes que l'on prend lors de la phase d'action influence directement le temps d'une manche. C'est très intéressant et peut réellement apporter un plus dans certaines parties. C'est très réussi, il vous en jouer mais ne pas pour autant en abuser.

Pour finir, un petit mot sur le matériel qui est impeccable, beau, fonctionnel sauf que les couleurs des pions verts et bruns sont un cauchemar pour les daltoniens comme moi. C'est encore dommage que des choix pareils soient encore d'actualité. Il y a tellement de couleurs de disponibles. Pfff !

Trajan est indispensable pour son système de sélection des actions. C'est en réalité un Top mais je voulais marquer le fait des pions verts et bruns anti-daltoniens et le thème par trop présent.

Ne le ratez pas, il en vaut la peine.

 
  • Le système d'Awalé
  • Les nombreuses voies pour marquer des points
  • La possibilité d'influencer le rythme de la partie
 
  • Le thème plaqué
  • Les pions verts et bruns, non disent les daltoniens
Aucun commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

1- De 3 à 5 parties jouées - 7 mai 2013
 
Sympathique
  preview

Stefan Feld, l'auteur de Trajan, n'est pas un débutant. Si ce créateur a pu s'essayer sur des jeux plus légers, il est surtout connu pour ses jeux de gestion. Il a en particulier largement contribué à la prestigieuse gamme Aléa avec les Châteaux de Bourgogne, Notre Dame et l'Année du Dragon pour ne citer que les mieux côtés.

Trajan fait partie de cette grande famille de jeux caractérisée par un thème plaqué, une interaction entre les joueurs limitée, une multitude de façons de marquer des points et où l'enjeu est de créer une dynamique de gestion favorable.

Vous faites la course avec les autres joueurs sur certaines zones du plateau pour être celui qui en profitera le plus, vous optimisez vos points marqués dans le tour et favorisez vos gains de fin de partie en accumulant les éléments qui vont bien. Tout cela semble bien connu.
Trajan introduirait deux nouveautés : le nombre d'actions réalisées par tour est variable et les actions que vous pourrez réaliser sont en partie choisies en partie subies. Ces deux points sont liés au système individuel de l'awale et au décompte collectif des mouvements de pions. Le système de l'awale fait que certaines actions seront disponibles à certains tours et pas à d'autres. En fait, il s'agit simplement d'introduire une part de flou pour obliger les joueurs à s'adapter : il n'y a rien de bien nouveau si ce n'est la manière de le faire.

Il ressort clairement que l'on a l'impression d'avoir déjà joué à ce jeu : un jeu de gestion exigeant, avec plein de façons de marquer des points et possédant quelques zones d'interaction et une part de flou. Cela doit forcément vous rappeler quelques titres !

Pourquoi acheter Trajan plutôt qu'un de ces jeux ? Peut-être simplement parce que la qualité de Trajan est évidente : la mécanique est allemande, jusqu'au bout du cliché. Pour ma part, je trouve qu'il manque d'élégance sur le plan ludique : il y a trop de systèmes pour marquer des points, cela donne l'impression de partir dans tous les sens sans véritable cohérence.
Autre point négatif : l'édition pose problème dans le choix des couleurs pour les daltoniens et, plus subjectivement, je la trouve plutôt laide. Elle ne me donne clairement pas envie de jouer, de manipuler le matos ou l'impression de voyager.

Si vous êtes lassé par votre jeu de gestion à l'allemande actuel, Trajan vous permettra de découvrir de nouveaux mécanismes sans vous apporter de nouvelles sensations. Ce n'est ni le jeu le plus riche, ni le jeu le plus tendu, ni le jeu le plus original, ni le jeu le plus exigeant, ni le jeu le mieux édité... mais c’est très loin d'être le plus mauvais.

 
  • Mécanique ultra huilée
 
  • Choix des couleurs, daltoniens attention !
  • Sensation de déjà vue
  • Edition terne
  • Manque de simplicité
1 commentaireMasquer