Thème du jeu


Forcez votre légende dans la Grèce mythologique !

Jeune demi-dieu, vous cherchez la faveur divine afin de prendre place au sommet de l'Olympe. Recrutez des héros, rassemblez des artefacts puissants, obtenez l'aide des immortels et choisissez votre quête. Quand vos alliés auront accompli leur destinée, ils rejoindront l'Elysium, le repos des héros, et contribueront à votre légende. Lorsque tous les récits seront écrits, un seul d'entre vous rejoindra les dieux de l'Olympe.

Cela ressemble à quoi ?


Elysium - 1
Elysium - 2
Elysium - 3
Elysium - 4
Elysium - 5
Elysium - 6
Elysium - 7
Elysium - 8
Elysium - 9
Elysium - 10
Elysium - 11
Elysium - 12
Elysium - 13
Elysium - 14
Elysium - 15
 

L'avis de LudiGaume

1- De 6 à 10 parties jouées - 15 mars 2015
 
Top à LudiGaume
  preview
Avertissement sur ses notations

Devenir un Dieux voici ce que nous propose Elysium le nouveau jeu édité par l'équipe des Space Cowboys. Et comment fait-on pour devenir un Dieux ? Et bien il faut écrire des légendes en recrutant les meilleurs héros et artefacts. Simple à écrire mais plus difficile à faire en jouant.

Commençons par la boîte et son contenu. Une couverture magnifique qui nous immerge dans le thème. On y retrouve tout ce qui rappelle les dieux, les batailles qui fondent les légendes. Ensuite, le matériel est impeccable, costaud et avec un rangement pratique. Les colonnes sont de taille conséquente et offre un confort de jeu parfait. Dire que l'on aurait pu avoir de simples jetons, non, on a une belle colonne en bois et avec un autocollant en plus pour les daltoniens. Clairement, je suis comblé. Puis, il faut parler des illustrations des cartes, toutes plus belles les unes que les autres. Avoir proposé un illustrateur par famille à forgé un ensemble magnifique. Si on résume le matériel, encore un coup de maître des Space Cowboys qui sont en train d'en faire une spécialité.

La règle est claire et facilement apprise. Chaque étape est expliquée et les petits points d'attention notés ce qui offre un confort de lecture et d'apprentissage. Le guide des cartes s'avère très utile pour toute question sur les cartes afin de ne laisser aucune ambiguité.

Le jeu se révèle un jeu de combinaisons basé sur les cartes et leurs pouvoirs. Tirer le meilleur de ses cartes sera la clef du jeu mais pas seulement. La phase de sélection de ses trois cartes et de sa quête est l'un des moments les plus palpitant de la partie. Ce n'est pas tant le choix d'une carte qui vous retourne, vous secoue, mais la colonne a défausser qui est piquant. On doute, il faut analyser les possibilités pour les tours suivants et aussi ne pas oublier de garder une couleur qui vous permettra de sélectionner une quête. Car ce choix de la quête est un moment clé de la manche car il ne faut pas le faire trop tôt mais aussi ne pas se laisser coincer par les autres joueurs sous peine d'avoir une quête par défaut et donc moins de possibilités pour construire ses légendes. Ce choix de colonnes peut générer des blocages pour vous si vous n'êtes pas attentif aux possibilités des autres joueurs. Cette phase est clairement, pour moi, le coeur du jeu, ce qui donne à Elysium son âme. La suite est plus classique dans son système de combinaisons mais demande autant d'attention afin de le faire à bon escient pour obtenir les meilleurs bonus avant les autres.

On notera que l'on joue avec 5 familles alors qu'il y en a 8 dans la boîte. Ceci garantit une rejouabilité énorme. Le temps des parties dépendra des joueurs car le choix des cartes peut s'avérer un vrai et long dilemme pour les joueurs un peu lent. Il faudra parfois les pousser un peu.

Elysium est un Top pour moi tellement cette phase de choix des cartes est prenante, piquante et passionnante. La défausse des colonnes est vraiment palpitante. La partie combo reste également passionnante et plus on y joue et plus on entrevoit les possibilités entre les familles.

Un coup de maître pour ma part tellement la mécanique est belle et le matériel est beau.

 
  • Un matériel impeccable
  • La gestion des colonnes d'influence
  • Comboter à outrance
  • La rejouabilité
  • Le choix parmi 8 familles
 
1 commentaireMasquer
 

L'avis de Xavo

De 6 à 10 parties jouées - 4 avril 2015
 
Très Bon
  preview

A l’occasion d’un week-end chez des amis, j’ai eu la possibilité de découvrir Elysium. En deux jours, j’ai aligné 5 parties, à 2, 3 ou 4 joueurs puis une autre à 3 quelques jours plus tard. Fort de cette expérience, une critique sur Ludigaume s’imposait !

Elysium est le troisième jeu de l’éditeur, après Splendor et Black Fleet. Les premiers ne m’ont guère emballé et j’ai fait ma première partie d’Elysium avec prudence, voire retenue.

Les règles furent vite assimilées, elles sont simples et claires : on saluera la rubrique de toute fin de règles intitulée « Les règles que vous allez oublier », plutôt bien vu ! Les illustrations sont nombreuses rendant le jeu très coloré et agréable. Si le thème (le panthéon grec) me semble faible car largement utilisé dans les jeux de société et usé jusqu’à la corde, ce n’est guère un problème sur ce type de jeu où l’on finit finalement par uniquement assembler des couleurs et des pouvoirs. Néanmoins, un peu d’originalité n’aurait pas été de refus !
Côté matériel, l’industrie allemande a produit un jeu de qualité, tout ce dont vous aurez besoin se trouve dans la boite. Les cartes ont un petit défaut : la taille de la police choisie est vraiment petite. Ceux qui comme moi ont du mal à lire les petits caractères vont devoir vite acquérir une compréhension des symboles ou des lunettes. Toutes les cartes font l’objet d’un paragraphe dans « Le guide des cartes » : impossible de se tromper !
La force d’Elysium ne réside pas dans son originalité mais la qualité de ses mécanismes et sa variété. Les mécanismes de base sont simples. Le système des colonnes est bien pensé et intéressant à jouer. La richesse vient essentiellement des cartes qui permettent un grand nombre de combinaisons et associations. Les 5 familles choisies pour chaque partie sur les 8 disponibles formeront autant de parties différentes, renouvelant le jeu de façon efficace. De plus, cela permet à chacun de créer le style de partie qu’il veut.

Certaines familles de cartes créent des déséquilibres. Les cartes « bleues » (Poséidon) apportent beaucoup d’interaction, permettant même de faire défausser des cartes aux autres joueurs (et perdre une carte sur les 15 que l’on prend dans une partie, ça fait mal). Nous n’avons guère apprécié de jouer avec ces cartes mais cela plaira à certains joueurs d’avoir un jeu moins calculatoire : plus qu’un défaut d’équilibre, il s’agit surtout à mon avis d’un autre style de jeu. Mais c’est surtout Arès qui nous a posé un problème, tant ces cartes rouges permettent de gagner des points facilement. Seize points récompensent en effet le joueur ayant accumulé le plus de casques, le second en gagnant seulement 8, 4 pour le 3e. Ceci constitue de grosses différences, sachant que les cartes pourront ensuite former des combinaisons dans l’Elysium et sachant que nous faisions environ 60 points. Réaliser une famille de 3 cartes de même couleur rapporte seulement 6 points. Utiliser la famille Arés peut conduire à rendre cette manière de marquer des points obligatoire à tous les joueurs, car il est alors risqué de laisser quelqu’un faire 16 points aussi facilement... Pour les autres familles, je n’ai constaté aucun soucis, tout est équilibré et très intéressant à jouer (en particulier Apollon).

La configuration à deux joueurs est plus rapide à jouer et permet des parties très courtes. Les colonnes sont alors bien plus (trop ?) difficiles à gérer car elles sont également utilisées pour l’ordre du tour et, à deux joueurs, le choix est logiquement bien plus contraint. A 4 joueurs, la partie peut durer longtemps (2h) et nécessite pas mal de concentration et de patience car beaucoup de cartes sont disponibles (13 par tour sans compter l’oracle) et il n’est guère possible d’anticiper son tour. La configuration que nous avons préférée est donc un jeu à 3 joueurs. Néanmoins, toutes fonctionnent très bien. Les interactions entre les familles permettent de créer de nombreuses combinaisons plus ou moins puissantes et on est impatient de pouvoir en découvrir de nouvelles à chaque partie.

Avec Elysium, l’éditeur ne prend pas de risque : les principes comme le thème sont relativement communs : un jeu de combo de cartes dans le panthéon grec ! On pense immédiatement à 7 Wonders et tous ces jeux de cartes où la création de combo va permettre de réussir à marquer beaucoup de points dans un domaine particulier (Dominion…). Néanmoins, les auteurs comme l’éditeur ont remarquablement fait leur boulot : si le jeu ne vous apportera pas de nouvelles sensations, il n’a rien à envier à ses ancêtres. Son matériel, ses mécanismes, sa durée de vie, …. en font un jeu tout à fait réussi, très plaisant à jouer et offrant une belle durée de vie.




Merci à l’association Kyrielle de Fenay pour le prêt du jeu.

 
  • Prise en main
  • Durée de vie
 
  • Pas bien original
  • Arès trop efficace
Aucun commentaireMasquer