Thème du jeu


Dans l'histoire de l'Empire romain, les charge les plus influentes de l'Etat furent longtemps aux mains des anciennes familles patriciennes.

Les coalitions se nouaient et se dénouaient, les rivalités naissaient et disparaissaient, marquant la vie de toute la société romaine.

En effet, si tous les chemins menaient à Rome, seuls peu d'entre eux conduisaient à la gloire et à la puissance.
 

L'avis de Zendor

30 janvier 2006
 
Indispensable
  preview

C'est un petit bijou de subtilités et de finesses que Herr Knizia nous a pondu avec Quo Vadis?. C'est d'autant plus un exploit puisqu'il fait partie des premiers jeux publiés du célèbre auteur (1992 en fait), avant même que les Modern Art, Râ et autre Euphrat und Tigris le consacrent comme un créateur ludique de pleine maturité.

Rappelant le mythique Kremlin dans sa structure, ce jeu de tractations se veut pourtant beaucoup plus épuré que son ancêtre. Ici, pas de dés, ni de cartes. Seulement des pions qui tentent de se tailler une place sur un plateau où le but sera d'arriver sur la case finale le plus vite possible. Et pour y arriver, il faudra uniquement user de ruse et de démagogie. On pourrait croire ici que Quo Vadis? conviendra bien aux adeptes de la traitrise mais il faut s'en détromper : les promesses que l'on fait pour s'attirer des faveurs dans ce jeu doivent être toujours respectée! Il est interdit d'y faillir, à moins que plus d'un tour de table passe après qu'elles aient été conclues. Le bluff n'a donc pas sa place à Quo Vadis?. Tout est dans l'art de l'opportunisme et du pouvoir de conviction exercés au bon moment. Et tout est permis pour le faire!

C'est une chance que la compagnie Amigo ait choisi de rééditer dernièrement cette cette perle cachée qui détonne de la production du Docteur. Maintenant vous n'avez plus d'excuses pour ne pas l'essayer!

Aucun commentaireMasquer